Equipe

Responsable des opérations à la Centrale agricole

Kevin est titulaire d’un baccalauréat en géographie de l’université McGill à Montréal. C’est lors de sa participation aux études tropicales interdisciplinaires en agriculture à la Barbade qu’il a développé sa passion pour l’agriculture et l’agroalimentaire. Suite à cette session à l’étranger, il s’est spécialisé dans la vigne et le vin en France. En 2016 il obtenu son diplôme de technicien supérieur en viticulture et œnologie du CFPPA de Beaune en Bourgogne. 

C’est à son retour au Québec, lors de son poste en tant que chef de production dans un vignoble, que Kevin a compris l’importance du développement durable en agriculture. Aujourd’hui, il aspire à participer aux projets innovants entourant l’alimentation des grandes villes, qui ne cessent de croître. L’agriculture urbaine représente pour lui une voie incontournable pour combattre à la fois le changement climatique, les déserts alimentaires, les îlots de chaleur ainsi qu’assurer la traçabilité et la qualité des aliments.

Son rôle est transversal à AU/LAB, il est responsable des opérations à la Centrale agricole, la nouvelle coopérative de producteurs agricoles, également incubateur!


Department:
Jeune chercheur

Après un cursus universitaire en ingénierie à l’École Polytechnique de Montréal, diverses expériences professionnelles dans le domaine de l’environnement, du bâtiment, de l’énergie et de l’efficacité énergétique et une multitude de voyages, où il a entre autres découvert le monde l’agriculture à travers des expériences de travail ou bénévoles (woofing),

Loup Philippe est aujourd’hui étudiant à la maîtrise en sciences de l’environnement de l’Université du Québec à Montréal (UQAM). À AU/LAB, il s’intéresse au potentiel de l’agriculture urbaine sur toits à Montréal et à son intégration dans un contexte de ville intelligente, plus particulièrement à la récupération des pertes thermiques et à la valorisation de l'énergie résiduelle de systèmes industrielles ou non.


Department:
Stagiaire - urbanisme

Candidat au baccalauréat en urbanisme à l’Université du Québec à Montréal, je m’intéresse à la qualité des espaces verts urbains et à leurs impacts sur la santé des citadins, en particulier les effets sur les fonctions cognitives humaines et la santé mentale. Mon travail de recherche supervisé s’intéressait à la qualité des espaces verts à proximité des habitations à loyer modique de Montréal.

En parallèle, en 2020, j’ai participé à un projet de recherche sur la qualité des ruelles vertes à Montréal où j’ai pu constater l’importance de l’agriculture urbaine comme étant un réel facteur bénéfique aux bien-être des citoyens. Depuis, je travaille également comme assistant de recherche pour la Chaire de recherche du Canada sur les petites et moyennes villes en transformation où mes champs d’expertise sont la cartographie et la recherche.

 


Department:
Coordonnatrice - volet accompagnement des municipalités

Anne-Marie Bernier est titulaire d'un baccalauréat en sciences biologiques et d'une maîtrise en sciences de l'environnement. Que ce soit à Paris dans le cadre de son mémoire de maîtrise ou à Montréal pour la réalisation d'un ouvrage sur les plantes grimpantes ou encore comme apprentie-apicultrice sur les toits, son terrain de recherche et d'intervention est résolument le milieu urbain. En plus d'avoir occupé le poste de responsable du verdissement et de l'agriculture urbaine au sein d'un organisme dans le centre-ville de Montréal, Anne-Marie cumule des expériences professionnelles en recherche, en gestion de projets, en coordination d'équipe et en animation de formations. Elle a également siégé comme présidente du conseil d'administration d'un regroupement de programmes environnementaux. 

Elle aspire à comprendre et à faire découvrir l'agriculture urbaine sous tous ses angles :écologique et économique, technologique et scientifique, social et patrimonial. Elle considère l'agriculture en ville comme une des clés pour améliorer la qualité de vie des citadins.

Au Laboratoire, son rôle est de coordonner, de réaliser et de développer, avec son équipe, le volet d'accompagnement des municipalités autant au niveau du développement des plans d'agriculture urbaine, de projets pilotes, que des autres type d'études.


Department:
Coordinatrice recherche et accompagnement économique et services écosystémiques
Titulaire d'un diplôme d'ingénieur agronome (option gestion), Adeline Cohen cumule une expertise plus de 15 ans, dont 13 ans à Toronto, en analyses de marché, études économiques et développement de plans d'affaires. Son parcours professionnel en recherche qualitative et quantitative a toujours eu pour objectif d'aider à la prise de décision, tant au niveau des gouvernements, des entreprises que des institutions. Ses implications à divers niveaux dans des systèmes alimentaires locaux - particulièrement en Ontario et maintenant au Québec - a suscité chez elle un intérêt grandissant pour le développement d'un système alimentaire sain, durable et équitable dans lequel l'agriculture urbaine est une priorité.
A AULAB, Adeline s'occupe de mettre en lumière le poids et le potentiel économique de l'agriculture urbaine au Québec dans le but de soutenir le développement du secteur et d'accompagner les entreprises agricoles urbaines dans le choix des meilleures pratiques. Elle coordonne aussi le développement d'un volet de recherche sur les services écosystémiques de l'agriculture urbaine.

Department:
Coordonnatrice - Accompagnement Entreprises Agricoles Urbaines

Émilie cumule des expériences professionnelles diverses en productions d’événements, en gestion administrative pour OBNL et en gestion de projets. Entrepreneure depuis 10 ans, elle côtoie le monde des affaires montréalais.

Elle aspire à comprendre les besoins des nouveaux entrepreneurs dans le domaine de l'agriculture urbaine sous tous ses angles et les supporter dans leurs efforts de croissance. Elle considère l'agriculture dans un milieu urbain comme une des clés de solution à de multiples enjeux environnementaux de plus pour rallier les communautés et pour démontrer l’aspect innovateur de Montréal et son rayonnement à l’internationale.

Au Laboratoire agriculture urbaine, Émilie est accompagnatrice pour les entreprises inscrites au volet INCUBATEUR AGRI’URB du Laboratoire d’agriculture urbaine ainsi que pour les entreprises qui désirent de l’accompagnement dans leurs parcours entrepreneurials. Elle travaille de concert avec l’École des Entrepreneurs du Québec, une alliée dans la formation et les ateliers offerts au sein AU/LAB.

Rappelons que l’INCUBATEUR AGRI’URB permet d’offrir un espace aux jeunes entreprises souhaitant se développer dans le domaine de l’agriculture urbaine. Nous les accompagnons dans leurs essais et recherchons ensemble des solutions innovantes aux défis rencontrés.


Department:
Coordinatrice mobilisation et partenariat

Camille Huot est titulaire d'un baccalauréat en communication et  d'une maîtrise en gestion de projet. Son expérience de formatrice agricole au Honduras il y a quelques années lui a fait constater la  fragilité des écosystèmes et l'importance des pratiques agricoles  durables. Depuis, sa curiosité débordante pour l'agriculture et les pratiques durables l'a amené à vivre diverses expériences  internationales afin d'apprendre davantage sur les fermes verticales,  l'économie circulaire, la biodynamie, l'agriculture de précision, etc.  Elle cumule des expériences professionnelles variées telles que  chargée de projet, formatrice, gestionnaire de communautés, etc. en  plus d'avoir siégé pendant quelques années comme Vice-Présidente d'une Fondation supportant deux organismes. Elle s'intéresse plus  particulièrement à l'économie circulaire, l'agriculture comme moteur  d'inclusion sociale et à l'intégration des technologies dans la chaîne alimentaire. Amoureuse de Montréal, elle rêve de faire de cette ville la capitale de l'agriculture urbaine. Au Laboratoire sur l'agriculture urbaine, son rôle est de supporter les membres de l'équipe de diverses  façons, notamment au niveau des projets, de la planification, des  budgets et des tâches administratives.


Responsable - jardins communautaires Rosemont-La Petite-Patrie

En parallèle à ses études en histoire de l’art, Odile s’est engagée dans le mouvement pour le droit au logement.

Elle s’intéresse aux alternatives coopératives basées sur l’idée d’une économie démocratique et
soumise à des fins collectives. Pour elle, le développement de l’agriculture et du jardinage en
milieux urbains représente l’occasion de mettre en commun des moyens et de faire converger
des activités afin de soutenir un réseau alimentaire local et durable.

Elle est responsable du programme des jardins communautaires de Rosemont-La Petite-Patrie dont
AULAB est présentement le mandataire.


Department:
Responsable de projet - mise en marché collective de l'agriculture urbaine

C'est sur les bancs d'école, mais surtout sur des fermes à travers le monde que Valérie a cultivé son intérêt pour les systèmes agroalimentaires durables. Elle est titulaire d'un baccalauréat en sciences de l'environnement et poursuit actuellement une maîtrise en développement durable.

Passionnée par la nature et les bonnes tables partagées, elle cumule les expériences en cuisine et en fleuristerie, et gravite autour des marchés fermiers depuis plusieurs années. Selon elle, l'ingéniosité derrière l'agriculture urbaine est fascinante: cette manière d'innover face aux contraintes permet de redéfinir le potentiel nourricier des villes.

Heureuse de pouvoir contribuer à un système alimentaire de proximité, c'est avec plaisir qu'elle se joint à l'équipe d'AU/LAB pour le projet de recherche sur la mise en marché collective des produits de l'agriculture urbaine.


Department:
Jeune chercheur

Ma thèse en sciences de l’environnement (UQÀM) est dirigée par Eric Duchemin (UQÀM), Louise Vandelac (UQÀM) et Nathan McClintock (INRS). Elle porte sur les potagers urbains et la pratique du jardinage alimentaire domestique. Dans le cadre de mes recherches, je participe également au projet d’Évaluation de l’agriculture urbaine comme infrastructure verte de résilience individuelle et collective face aux changements climatiques porté par des chercheurs-es d’Au/Lab.

Je m’intéresse plus particulièrement aux profils socioéconomiques des personnes qui jardinent, à leurs motivations et à la contribution alimentaire de leur initiative. Mes premiers résultats portent sur les conditions aussi bien matérielles que d’intérêt pour le jardinage pour développer cette pratique. J’étudie également ces conditions dans une perspective de contribution du jardinage domestique à l’alimentation des ménages.’


Department: