Biquette à Montréal

Dans la mouvance innovatrice de l’agriculture urbaine montréalaise, Biquette à Montréal propose le retour du pâturage avec des moutons. L’objectif principal du projet, réalisé dans l’arrondissement Rosemont–La Petite-Patrie, est l’introduction de l’éco-pâturage dans le Montréal contemporain.

Biquette à Montréal se résume en trois mots : pâturer, éduquer et égayer. Pâturer, par la création de zones de pâturage à Montréal; éduquer, par la création d’un espace d’éducation populaire et de pédagogie citoyenne autour de l’agriculture avec les moutons comme vitrine; égayer, par la création d’un lieu de rencontre avec l’agriculture, qui stimule un rapprochement entre le rural et l’urbain.

Biquette à Montréal, c’est un lieu rassembleur, pédagogique, ludique et participatif. En plus de permettre un entretien écologique des pelouses, l’éco-pâturage urbain contribue à stimuler la biodiversité dans les villes de plusieurs façons, notamment :

  • En réduisant l’utilisation de carburants associés aux tondeuses motorisées, ce qui permet de réduire la pollution de l’air et les émissions de gaz à effet de serre.
  • En diminuant la pollution sonore associée à la machinerie employée pour la tonte des pelouses, ce qui peut favoriser l’établissement de la faune sensible au bruit (oiseaux, insectes, etc.).
  • En réduisant l’effet de compaction du sol par les tondeuses motorisées.
  • En quantités modérées, les excréments des animaux comme les moutons et les chèvres permettent d’enrichir la terre sous les pelouses urbaines, favorisant ainsi la biodiversité des sols.
  • Cette fertilisation écologique permet également d’éviter l’utilisation d’engrais chimiques qui ont tendance à appauvrir les sols.
  • L’action de paître par les chèvres et les moutons peut aussi contribuer à contrôler la progression de certaines espèces de plantes exotiques envahissantes.