Élever des poules en ville – à Montréal : constats et recommandations

À la suite de leur accompagnement, pendant 2 ans, d’un projet pilote à Montréal, le Laboratoire sur l’agriculture urbaine a travaillé à la production d’un rapport sur le thème de la réintroduction des poules pondeuses en milieu urbain.

Au tournant du 21e siècle, un regain d’intérêt se remarque chez les populations nord-américaines sur l’origine de leurs aliments, la composition de leur système alimentaire, l’approvisionnement local et l’agriculture urbaine (AU). Bien que les pratiques d’AU au Québec se concentrent principalement sur la production de fruits et légumes, on assiste depuis le début des années 2000 à une recrudescence des élevages de petits animaux de ferme, plus particulièrement des poules, dans les villes québécoises. La pratique de l’élevage de poules pondeuses en ville démontre un désir croissant des citoyens de se rapprocher de leur alimentation et de se dissocier d’une agriculture plus industrialisée.

Le projet pilote de l’arrondissement Rosemont-La-Petite-Patrie visait à comprendre, caractériser et cerner à partir de différents paramètres la garde de poules pondeuses en zone résidentielle. Le rapport écrit porte ainsi sur l’élevage urbain de poules pondeuses, ses caractéristiques, ses avantages, ses défis et ses risques dans le contexte montréalais, tout en faisant un parallèle avec d’autres villes nord-américaines. Ce rapport contient également les résultats de l’étude, entre 2017 et 2018, et les recommandations pour la suite des choses.

Pour consulter le rapport :

Share